Publié le

Le lin se met à table

Une longue tige, de multiples petites fleurs variant du bleu pur au blanc rosé, parfois au mauve. Le lin est l’une des premières espèces cultivées par l’homme. Toutefois, les plus anciennes fibres au monde sont des fibres de lin torsadées et teintées, trouvées dans la grotte de Dzudzuana en Géorgie remontant à 36 000 ans, soit bien avant le début de l’agriculture au Néolithique. La culture du lin suivra son chemin vers l’Europe et la vallée du Nil où il  sera utilisé pour envelopper  les momies égyptiennes. Son utilisation évoluera au fil du temps : filets de pêche, usage médicinal, textile d’habillement. Le lin a ensuite été un peu abandonné au profit du coton mais il retrouve aujourd’hui ses lettres de noblesse grâce à sa culture peut gourmande en eau (l’eau de pluie suffit !) , qui  ne nécessite pas de pesticides ni d’engrais, sa transformation  entièrement écologique et sa fibre biodégradable. Savez-vous que 75% de la fibre de lin dans le monde est produite est France ?

Sa fibre a de multiples vertus, hypoallergénique, thermorégulatrice, résistante , elle s’adoucit au fil des lavages. Elle est agréable à porter été comme hiver . Aujourd’hui le lin est un incontournable en décoration et en particulier  pour le linge de maison. Sur la table, sous forme de sets , chemin de table ou serviettes  il donnera un petit air chic et insolent à la fois grâce ses couleurs naturelles et son aspect un peu froissé.

Publié le

Pour vivre heureux vivons masqués !…

Jamais la mode n’aura été aussi universelle, le masque après avoir été inutile, puis recommandé, et enfin  obligatoire a fait une entrée fracassante dans l’univers de la mode et est devenu sans doute l’accessoire le plus porté sur la planète !

En une fraction de seconde on a oublié l’interdiction du plastique (janvier 2020) et le monde s’est rué sur les masques jetables fabriqués et auto-certifiés par la Chine. Aucune assurance sur la fiabilité desdits masques qui annoncent des filtrations au top. Faux certificats, validation d’un article qui se trouve à 7500 km qui repose uniquement sur l’examen d’un dossier etc.. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-les-masques-arrivent-en-france-mais-sont-ils-conformes-aux-normes_3926185.html

Désormais le gouvernement préconise face aux variants  le masque de « catégorie 1 », exit les masques en tissu des couturières (mais les masques jetables en « papier » sont eux toujours parfaitement aux normes mêmes s’ils n’ont pas été testés…) .

Pour faire face à ces nouvelles recommandations je m’adapte et mes masques sont désormais  doublés (ou plutôt triplés !)   un filtre en tissu homologué « catégorie 1 » est cousu à l’intérieur (après plusieurs essais le filtre ne sera pas amovible car c’est  assez fastidieux pour le mettre et l’enlever).

Les élastiques sont maintenant amovibles et donc réglables  avec la possibilité de les changer car à l’usage ils s’usent souvent plus vite que les tissus et vous pourrez ainsi aisément les remplacer  par d’autres élastiques ou une petite cordelette fantaisie lors d’une soirée ! Les barrettes nasales sont intégrées.

Dans ma démarche d’éco-responsabilité les tissus extérieurs sont toujours en coton biologique certifié GOTS .La quasi-totalité  des tissus sont dessinés, tissés et teints en France, le reste en Europe. Le tissu filtrant a été testé pour dix lavages mais sa durée de vie est bien plus longue.

Vous les trouverez dans la boutique : Masque « catégorie 1 » filtre homologué et coton bio: Les chambray « petits pois »

et les homologations sont là: Propriétés filtre homologué catégorie 1

Bien entendu cela augmente un peu le coût de production mais le calcul est fait au plus juste .

En espérant que la prochaine étape ne soit pas le masque à gaz…

 

 

 

Publié le

Bonne et heureuse Année 2021: Portrait chinois

Si l’année  2021 était :

Une fleur ? ce serait un tournesol qui se tourne vers l’espoir

Un animal ? une mésange pour un retour à la vie sociale

Une découverte ? un vaccin contre l’ignorance

Une planète ? la lune pour ne plus en descendre

Un sentiment ?  la douleur d’avoir perdu tant d’êtres humains et la joie d’être auprès des siens

Une couleur ?  le blanc pour pouvoir le remplir de couleurs

Un moyen de transport ?  le vélo pour ralentir

Un arbre ? un chêne liège qui survit malgré le feu

Un loisir ? un bal (mais pas masqué)

Un objet ? un coffre pour y ranger 2020 afin de ne pas oublier que la vie est précieuse !

Une matière ? le fil qui nous lie les uns aux autres…

Je vous souhaite une Bonne et heureuse Année 2021 !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le

L’étole tissée « libellule » ou « comment vient l’inspiration ? »

Confinée dans mon atelier par une chaude journée de novembre, je laissais mon imagination vagabonder au-delà de la fenêtre ouverte en quête d’idées nouvelles.

J’ oublie souvent de parler de ces temps de pause nécessaires entre deux créations. J’aime les pièces uniques donc mon esprit doit courir  plus vite que mes doigts afin de toujours créer de nouveaux modèles. Mais parfois il s’installe comme une  jachère dans mon imagination et j’ai juste besoin de me poser, ne rien faire, regarder autour de moi et laisser venir , un style de « méditation » créative en quelque sorte. J’étais dans cet état d’esprit lorsqu’elle fît son apparition. Elle, c’est une ravissante libellule .

Elle voletait comme une petite fée avec ses couleurs chatoyantes et semblait s’adresser tout droit à mon imagination. Une libellule ? En novembre ? Aussitôt mon imagination s’est emballée .

En période de Noël on pense plutôt aux couleurs vert sapin, rouge ou blanc neige pour orienter ses créations et bien je décidais de sortir des sentiers battus et me dirigeais tout droit vers mes pelotes de laine, il me semblait bien que j’avais un bleu-vert qui rappelait fort les couleurs de la libellule…

Je laisse se dérouler le fil de mohair et le fil de mon imagination. Un bleu libellule associé avec un gris nuage et par-ci par-là un fil mohair pailleté pour rappeler le côté irisé  des ailes délicates.

Maintenant que le choix des matières est fait  il me faut trouver ce que je vais en faire. Des écharpes ? Des ponchos ? Non, je vois des grandes étoles, toutes douces qui en s’enroulant autour des corps feront danser les couleurs comme la libellule le faisait autour de moi.

Reste à  monter la chaine sur mon métier à tisser , des heures de travail en perspective 280 fils à enlisser . Puis vient le temps du tissage , autre temps méditatif  par excellence ! Le moment où je tombe le tissu du métier est  un moment d’émotion où je découvre le résultat  du tissage fini .

Puis me voilà au moment méticuleux des finitions: les petits fils à rentrer , la pose des étiquettes, le « décatissage » qui consiste à laver le tissu pour lui donner son apprêt définitif et éviter les rétrécissements , le repassage.

Dernière étape, la mise en ligne ! Ce qui signifie attendre la bonne lumière pour faire des photos, élaborer le texte descriptif .

Et enfin je vous présente  l’étole « libellule » à laquelle j’ai ajouté, comme à chacune de mes créations, une pincée d’amour !

Publié le

Des cadeaux de Noël uniques sans vous déplacer !

En ces temps de re-confinement où les émotions se bousculent et où le stress est souvent présent , j’ai envie de ré-enchanter votre quotidien ! Vaste programme n’est-ce pas ? Et si vous commenciez à préparer vos cadeaux de Noël sans vous déplacer ? Des cadeaux tout en douceur, uniques, utiles, durables et 100% fabriqué en France par votre artisane préférée ! Vous avez 2 sites à votre disposition mon site personnel : http://tissagesdaudonade.fr et la plateforme Unik : https://www.unik-market.com/boutique/tissagesdaudonade

Très bientôt vous y trouverez des lingettes démaquillantes bio tissées main, que vous pouvez d’ores et déjà me pré-commander en m’envoyant un message,

mes savons feutrés n’attendent que vous pour exhaler leur parfum sur votre peau ou dans vos armoires

 

 

 

 

et si vous désirez de la douceur à l’état pur mes étoles en mohair se feront un plaisir de s’enrouler autour de votre cou, et puis vous avez de très belles vestes, ponchos, écharpes à offrir ou à vous offrir pour vous faire du bien.Toutes mes créations sont uniques , fabriquées par mes soins de A à Z avec amour !

Acheter de l’artisanat de France c’est aussi un acte militant, un geste de solidarité pour aider les tout petits artisans à passer cette crise sanitaire inédite. Cela peut être l’occasion de sortir de cette crise par le haut en revoyant nos modes de consommation, en re-découvrant des métiers et des savoir-faire  oubliés,  en associant  la sagesse de nos anciens qui prônaient le « vivre et travailler au pays » avec la modernité  d’internet qui permet d’accroitre notre visibilité et de conserver le lien avec nos clients.

En faisant travailler un petit artisan vous participez à la relance d’une économie plus éthique , vous lui permettez de vivre de son travail et vous aurez la satisfaction d’acquérir une création originale, unique et de qualité.

 

 

 

 

Publié le

Du beau linge bio tissé main

L’inspiration m’est venue lors d’un retour aux sources en Ombrie d’où est originaire ma grand-mère maternelle. Un prospectus qui traîne sur le musée du tissage et hop ! C’est parti ! Visite, émerveillement ! Du linge de maison en lin tissé à la main, des métiers à tisser à l’ancienne, pas de mécanisation, une patience infinie pour « enlisser » des centaines de fils. Un savoir-faire ancestral et sans doute un petit gêne qui m’a été transmis par mes ancêtres, cet amour du fil…

De retour à la maison les mois passent et l’idée est toujours là, dans un petit coin de ma tête. Et puis l’une de mes clientes fidèle me demande si je ne lui ferais pas des lingettes ?  Des lingettes oui mais des lingettes tissées main !

               Tissages d’ Audonade

Aujourd’hui les premières créations de ma collection « linge de toilette » voient le jour : des  lingettes démaquillantes lavables tissées à la main dans leur panier assorti en coton bio certifié GOTS . (Celles-ci sont réservées mais vous en trouverez bientôt d’autres dans ma boutique).

Publié le

Vêtements: passez en mode « slow-fashion »

A l’approche des soldes j’ai toujours mon côté rebelle qui se réveille. Comment me serait-il possible de solder mes créations ?

Le prix des choses

Cela voudrait-il dire que le prix de départ était trop élevé et que le moment est venu de mettre un prix correct ? Mes créations originales (qui sortent tout droit de mon cerveau en ébullition) ont-elles  fait leur temps et leur valeur serait-elle en baisse  ?  Mes charges se sont -elles miraculeusement évaporées? A moins que pendant le confinement j’ai tellement vendu que je puisse me permettre de faire des rabais…

Les soldes sont juste le révélateur de notre société de sur-consommation  où l’on achète pour jeter aussitôt sans se poser la moindre question. Un coup de grâce pour les petits artisans qui n’ont pas vendu depuis des mois.

Cherche-t-on à savoir aujourd’hui comment sont fabriqués les vêtements et surtout par qui et à quel prix ? On a perdu la valeur des choses et du travail .  Comment un simple tee-shirt  peut-il couter 2 euros quand on envisage le chemin parcouru depuis le champ de coton au magasin où il est vendu ?

Un maître-mot: ralentir

Face au tourbillon du monde il est urgent de ralentir , d’opter pour d’autres modes de consommation. Derrière l’artisanat il y a une personne proche de chez vous ( ici c’est moi ! ). Je passe énormément de temps à imaginer, concevoir, fabriquer  des pièces toujours uniques.

Les différentes laines
Matières premières

Il y a le choix des matières , les interactions avec les fournisseurs, le côté administratif : comptabilité, site internet à gérer, expositions pour montrer et vendre mes créations. Sans oublier les investissements financiers  avec le matériel indispensable, les fournitures et j’en passe…

Pour moi les soldes sont un non-sens économique parce-que mes créations sont au juste prix: l’addition  des matières premières utilisées, d’un savoir-faire spécifique et de charges incompressibles .

Après la slow-food et la slow-cosmétic vient le temps de la slow-fashion (malheureusement encore un terme anglais…) . Une « mode lente », des vêtements fabriqués près de chez vous. Des prix  qui respectent le travail des  créateurs .

Comment agir ?

En choisissant  de porter des créations artisanales vous faites un acte politique ! Ce n’est plus la mode qui vous définit , c’est vous qui définissez votre propre mode. Définir votre propre mode n’est-ce pas définir votre propre monde ?